Installation et fonctionnement d’un détecteur de fumée

Au sein d’une bâtisse, les occupants sont exposés à un risque constant. Entre un dysfonctionnement des appareils domestiques, un court-circuit du réseau électrique, une fuite de gaz, ou une bougie qui tombe accidentellement, un incendie peut avoir de multiples causes. Lorsqu’un combustible est en proie aux flammes et que les résidents ne s’en rendent compte que tardivement, le feu se propage vite dans les pièces et c’est le drame. Tout ce qui reste est de la cendre et des débris. Afin de prévenir contre ce risque, plusieurs fabricants ont pensé à un dispositif qui permet de détecter la fumée. En mesurant le taux de monoxyde de carbone, un signal est émis pour alarmer les occupants du bâtiment.

Comment se déroule l’installation ?

Surnommés également DAAF ou Détecteur Avertisseurs Autonomes de Fumée, ces appareils connectés sont devenus obligatoires depuis 2015. En raison des multiples cas d’incendies recensés dans le pays, les autorités ont établi ces normes. Locataires et propriétaires sont dans l’obligation d’installer un ou plusieurs détecteurs en tenant compte de la superficie du logement. Le positionnement et l’emplacement de ces engins revêtent une importance capitale. Tout le monde n’a pas le budget nécessaire pour acquérir cette technologie et encore moins les installer. Dans ce cas, il faudra bien évidemment mettre la main à la pâte. On vous demande alors d’intégrer le dispositif vous-même sans aide extérieur.

Malgré les appréhensions, c’est tout à fait réalisable. Il ne faut pas paniquer, les DAAF sont généralement livrés avec des supports de fixations que vous allez devoir fixer. Avant d’entamer les travaux, pensez tout d’abord à vous équiper correctement. À l’aide d’un crayon, vous allez délimiter les zones à creuser. Lorsque vous avez terminé cette étape, vous n’avez plus qu’à percer le trou qui accueillera le support. Afin de consolider l’ensemble, placer les chevilles, ainsi que les vices. Pour l’alimentation, mettez la pile dans l’appareil. Avant de terminer le tout, veillez à ce que le voyant soit correctement allumé. Sinon, vous pouvez toujours déléguer la manœuvre à un expert. Les prestations fournies sont relativement abordables et cela vous évitera des désagréments inutiles.

Quels sont les critères de choix d’un détecteur de fumée ?

Comme vous êtes dans le devoir d’acheter ces dispositifs, il vaut mieux en choisir un qui répond réellement à vos attentes. En effet, les DAAF sont fondamentalement différents et ils existent de ce fait de nombreux critères à prendre en considération. Malgré le prix, il est conseillé d’opter pour des modèles fiables et sûrs. Dans cette optique, il faudrait privilégier des produits de marque CE. Ensuite, veiller à ce que le modèle suit les conformités de la norme européenne CE EN 14604. Si vous ne le saviez pas, ces stipulations seraient présentes au niveau des étiquettes. La présence de ces critères confirmera que le produit est vérifié et agréé en usine. La norme NF constitue également un gage de sécurité complémentaire.

Afin de pouvoir assurer la pérennité de vos installations, évaluer avec précision la durée de vie des piles. Des piles en lithium possèdent une plus grande autonomie par rapport à ces homologues. À noter que lorsque les piles sont entièrement déchargées, l’appareil doit impérativement être remplacé. Certains modèles proposent des fonctionnalités comme une option Verisure. Dans ce cas, une alarme est reliée aux systèmes, ce qui permet d’alarmer immédiatement les résidents. Le risque d’incendie est considérablement réduit et les occupants sont plus sereins. Objectivement, il vaut mieux prévenir que guérir. En cas de défaillance du dispositif, les résultats sont fatals.

Comment réussir à optimiser son détecteur de fumée ?

Selon vos capacités, vous pouvez acquérir un modèle classique sans plus ou optez pour un DAAF plus moderne. Le problème avec les anciens modèles est qu’ils ne répondent pas forcément aux normes préétablies. Pour gérer ce type de risque, les fabricants ne cessent d’innover et conçoivent des appareils de plus en plus sophistiqués. Obtenir des options supplémentaires, c’est toujours pratique. Le premier désagrément que constatent de nombreux foyers est le brouillage sonore. À la longue, c’est très fatigant à entendre. Ainsi, les constructeurs proposent une option silence qui amoindrit cette perception auditive désagréable. D’autres DAAF offrent même une désactivation temporaire du système. C’est très avantageux surtout quand on est fumeur.

Après 10 minutes, le dispositif s’enclenche automatiquement. Dans la mesure où vous habitez dans une grande demeure, les fonctionnalités interconnectables apportent toujours un plus. En se connectant aux autres détecteurs, on optimise la sécurité. En cas d’incertitude ou d’angoisse réelle, vous avez la possibilité d’intégrer d’autres appareils encore plus performants comme un détecteur de flamme ou de chaleur. Comme il fut énoncé précédemment, un incendie peut être déclenché de plusieurs manières. Ainsi, en renforçant les moyens de détections, vous pourrez intervenir à temps et éviter le drame. À noter que ces deux modèles de détecteurs ne remplacent pas les fonctions d’un DAAF. Ils sont conçus pour étayer les performances d’un dispositif principal.

Les critères de choix pour trouver un plombier qualifié

Il est toujours important d’avoir un plombier expérimenté et honnête dans ses répertoires. Et pour cause, il se peut qu’il y ait, par exemple,...

Comment choisir son climatiseur?

Pour se rafraîchir durant l'été, il n'existe rien de mieux qu'un climatiseur. En effet, cet appareil permet de lutter contre les sensations de chaleur....

Dépannage et entretien d’une chaudière : l’essentiel à savoir

Pour maintenir en état une chaudière, il est indispensable de savoir la dépanner mais aussi de l’entretenir correctement. Pour cela, il est indispensable de...

Capter l’énergie solaire avec les tuiles solaires photovoltaïques

Avec les enjeux en matière de consommations énergétiques, on se tourne tout naturellement sur les énergies renouvelables. L’abondance des rayons solaires a favorisé la...

5 questions à se poser avant la pose de toiture sur terrasse

La terrasse constitue un atout pour une habitation, qu'elle soit sur le toit d'un immeuble, accolée à une maison ou en dépendance. En été,...